La photocatalyse est un phénomène naturel qui détruit et limite la prolifération de micro-organismes accrochés sur les façades. Cette réaction est toutefois très lente. Pour l’accélérer, un photocatalyseur est intégré dans du ciment et l’on obtient ainsi des bétons autonettoyants et dépolluants . Sous l’action des rayons UV, le principe d’oxydo-réduction est activé et entraîne la décomposition des substances organiques (mousses, lichens, moisissures…). Ainsi, la façade reste propre et conserve sa couleur d’origine. Quant au photocatalyseur, il n’est ni altéré ni consommé, et peut donc servir durablement.

Autonettoyant, le béton est aussi dépolluant

Sous l’action des rayons UV, le principe d’oxydo-réduction est en effet activé et entraîne la décomposition des substances organiques (mousses, lichens, moisissures…). Ainsi, la façade reste propre et conserve sa couleur d’origine. Quant au photocatalyseur, il n’est ni altéré ni consommé, et peut donc servir durablement.

Le photocatalyseur peut aussi altérer les polluants atmosphériques gazeux présents dans l’air : les composés organiques volatils (COV) sont transformés en eau et gaz carbonique, et les oxydes d’azote sont décomposés en sel de nitrate de calcium. Les bétons dépolluants sont particulièrement intéressants pour construire des infrastructures routières, des écrans acoustiques, des ouvrages urbains…


Par humancom & Mewe, le 07/07/2016.