Une étape essentielle sur le chemin de mémoire australien

Chaque 25 avril, au mémorial de Villers-Bretonneux (80), Australiens et Néo-Zélandais célèbrent l’ANZAC(1) Day, en souvenir de leurs soldats morts pendant la Première Guerre mondiale.
Cette année a été marquée par une nouveauté : l’ouverture du Centre Sir John Monash. Situé à proximité de l’ancien champ de bataille et baptisé du nom du général des forces australiennes de l’année 1918, ce centre d’interprétation s’inscrit dans un parcours comprenant 13 autres sites, d’Amiens à Ypres en Flandre Belge.

Un centre multimédia interactif

Conçu par les cabinets d’architecture COX (Sydney) et JLA (Paris), le centre Sir John Monash propose de vivre une expérience multimédia inédite, à travers différentes zones interactives.
Une galerie d’immersion, rappelant l’univers des tranchées, permet aussi de s’y recueillir. Les 100 000 visiteurs attendus ont pu ainsi mieux comprendre le rôle joué par l’Australie sur le front occidental ainsi que l’impact de la Grande Guerre sur cette jeune nation.
Des espaces d’exposition, une salle polyvalente, un café/librairie, des salles de réunion et des bureaux se répartissent également sur près de 1 600 m² et 3 étages.

Une toiture de béton élégante… et hautement technique

Mais ce qui interpelle aussi, dans ce nouveau lieu, c’est sa toiture. Lisse et blanc, son béton répond aux attentes du gouvernement australien : des matériaux nobles et bruts reflétant l’engagement des combattants.
À l’intérieur, les visiteurs découvrent un plafond formé d’alvéoles régulières, tel un nid d’abeilles. À l’extérieur, ils distinguent à peine le toit de l’édifice semi-enterré (rappelant les tranchées), puisqu’il est végétalisé.
Cependant, ce qu’ils soupçonnent encore moins, c’est la prouesse technique qui se cache derrière cette élégante pièce, réalisée par Bouygues Bâtiment Grand Ouest. Car cette toiture a été faite d’un seul tenant : une dalle unique de 1 300 m2, reposant sur 22 poteaux.
Pour résister à la charge et au temps, cette surface a impliqué l’utilisation d’un béton précontraint en post-tension. Sa formulation a été dictée par des enjeux de durabilité à 100 ans, avec des seuils spécifiques de porosité et de perméabilité au gaz. La dalle a été coulée en une seule fois, mobilisant 49 compagnons et encadrants pendant 12 heures d’affilée. Quant au plafond en forme d’alvéoles, il a été réalisé grâce au coffrage de 268 caissons triangulaires (décoffrés jour et nuit durant 15 jours).

(1) L’ANZAC (Australia and New Zealand Army Corps) est un corps d’armée constitué d’Australiens et de Néo-Zélandais pendant la Première Guerre mondiale.

 


Par Eric Gautier, le 26/03/2018.