La blancheur en hommage à Pierre Loti

Édifiée sur le site d’une ancienne usine à La Rochelle, la résidence étudiante Aziyadé est tout de blanc parée. Le bâtiment, qui porte le nom du premier roman de Pierre Loti, écrivain voyageur natif de la ville voisine de Rochefort, évoque ainsi l’architecture de la Méditerranée qui lui était si chère.
Pour ce projet, l’agence bordelaise Hobo Architecture a fait le choix d’une structure en forme de L, avec une tour centrale en R+4 prolongée de deux ailes en R+1, dont la façade extérieure en béton présente trois aspects différents : coffré, poli et matricé. Un design moderne qui combine fonctionnalité et cadre de vie agréable.

Rapidité et résistance

Cette résidence devait surtout répondre à des enjeux de rapidité de livraison, de pérennité et de confort, tant pour ses occupants que pour le maître d’ouvrage, le CROUS de Poitiers. Le principe constructif repose donc sur l’assemblage à sec d’éléments préfabriqués en béton.
Sept mois ont ainsi été suffisants pour réaliser les 92 studios, sur une surface totale de plancher de 2 520 m2. Livré à la rentrée 2016 et situé en zone à sismicité modérée, l’édifice a, par ailleurs, parfaitement résisté à un tremblement de terre survenu pendant les travaux.

Inertie thermique

Constitués d’un mur porteur intérieur de 18 cm d’épaisseur, de 16 cm d’isolant en laine de verre et d’un parement en béton épais de 8 cm, les murs confèrent une forte inertie à la résidence.
« Le béton permet d’obtenir des bâtiments très passifs avec beaucoup d’inertie, donc sans besoin de rafraîchissement l’été, explique Frédérik Dain, architecte associé de l’agence Hobo Architecture. Il faut juste réguler les apports solaires et ventiler naturellement. »
C’est la raison pour laquelle toutes les chambres sont traversantes, tandis que de petits radiateurs électriques suffisent à les chauffer en hiver.

 

Anticiper les usages actuels et futurs

Particulièrement résistant, le béton auto-plaçant utilisé pour l’enveloppe permet enfin de répondre aux besoins de modularité et de réversibilité d’une résidence qui accueille des étudiants par intermittence et dont les mouvements sont fréquents.
« Le recours à la maquette numérique en approche BIM a également permis de mieux préparer le projet en amont pour sa conception, son exploitation, sa maintenance et ses usages », conclut Frédérik Dain.

 


Par Éric Gautier, le 19/03/2018.