Un “supplément d’âme” en béton

Pratique, fonctionnel, accueillant. Trois qualités attendues d’un équipement institutionnel ! La Médiathèque Montaigne de Frontignan, le Palais de justice de Béziers et l’ancien presbytère réhabilité de Thorens-Glières remplissent à merveille ces trois critères essentiels. Mais plus encore, ils témoignent de la qualité du béton et de la façon dont il peut être intelligemment utilisé pour un usage donné. C’est ce “supplément d’âme” en béton qui leur vaut, à tous les trois, d’avoir été récompensés dans le cadre du premier Trophée Béton Pro.

Une médiathèque à la climatisation naturelle

Commençons par la Médiathèque Montaigne de Frontignan, bâtie sur une ancienne friche industrielle, en plein cœur d’un écoquartier qui accueillera à terme plus de 1 500 habitants dans près de 500 logements. Imaginé par les cabinets d’architecture Tautem et bmc2, cet équipement en béton blanc architectonique, laissé brut, impressionne autant par sa forme – un monolithe à trois niveaux – que par ses qualités environnementales, notamment en termes d’isolation thermique. Par sa capacité à absorber la chaleur et la fraîcheur puis à les redistribuer, le béton apparaît ici comme le meilleur atout dans une région méditerranéenne exposée aux fortes chaleurs estivales.

Jeu de lumières au Palais de justice

À une cinquantaine de kilomètres de là, toujours dans le département de l’Hérault, c’est au tour du nouveau Palais de justice de Béziers de se démarquer. Conçu par le cabinet d’architecture Ateliers 2/3/4/, il se compose de blocs de béton blond texturé et sablé, de tailles différentes, qui laissent la lumière s’infiltrer à l’intérieur. Il en découle une impression de sérénité propre à l’institution judiciaire, renforcée par la présence de patios apaisants, grâce notamment aux galets et aux végétaux qui les composent.

Un presbytère réhabilité

Enfin, en Haute-Savoie, la réhabilitation de l’ancien presbytère de Thorens-Glières, signée du cabinet GBAU, est un exemple du genre. Les architectes l’ont entièrement repensé afin qu’il puisse accueillir une maison médicale, une salle polyvalente et un hébergement pour le prêtre. Là encore, le choix du béton, en l’occurrence « caverneux » – béton maigre associant un agrégat de rivière –, permet un dialogue harmonieux entre ce site historique et ses nouveaux usages.