Le premier restaurant sous-marin d’Europe

Nommé d’après le cap Lindesnes voisin, Lindesnes est un petit village de Norvège. Dans ce site rude, les tempêtes sont quotidiennes.
Ici, les eaux de la Baltique se mêlent à celles de la mer du Nord, attirant une faune marine très spécifique, et le terme “biodiversité” prend tout son sens.
C’est en cet endroit précis que le cabinet d’architecture Snøhetta a imaginé le premier restaurant sous-marin d’Europe, où des clients privilégiés peuvent admirer sans limite la richesse des fonds marins.

“Under”, qui a accueilli ses premiers hôtes au printemps, sous la houlette du chef danois Nicolai Ellitsgaard, a deux significations en norvégien : “dessous” et “merveille”. C’est tout à la fois un restaurant gastronomique, un centre de biologie marine et un récif artificiel de béton qui accueillera de jour en jour patelles et varech. Naturel et inerte, le béton est en effet inoffensif pour l’environnement, et il résiste aux agressions du milieu marin sans entretien.

Un monolithe de béton posé sur les fonds marins

L’agence Snøhetta est une habituée des grands projets : Lascaux IV, le mémorial du 11 septembre à New York, et les opéras de Shanghai ou d’Oslo pour n’en citer que quelques-uns.
À Lindesnes, ses architectes ont conçu un monolithe de béton, long de 34 mètres, qui s’enfonce dans les flots et descend doucement jusqu’aux fonds sablonneux, cinq mètres plus bas.
Avec ses murs épais de cinquante centimètres, le bâtiment est conçu pour résister aux plus fortes tempêtes. Une vitre massive en acrylique, de onze mètres par quatre, permet aux visiteurs de dîner en contemplant, à perte de vue, les fonds marins et les changements de saison : eaux bleu saphir l’hiver, vert émeraude l’été.
Pour Kjetil Trædal Thorsen, architecte et fondateur de Snøhetta, « dans ce bâtiment, vous pouvez vous sentir entre terre et mer, […] il offre de nouvelles perspectives pour voir le monde tout à la fois au-dessus et au-dessous du niveau de la mer ».

Une façade ouverte sur la biodiversité

Under a été construit sur une barge. Le tube de béton a été coulé à vingt mètres du site et les fenêtres posées avant la submersion. Pendant celle-ci, la structure de béton a flotté, guidée par une grue et des remorqueurs, jusqu’à une dalle de béton pour son ancrage définitif.
Les 500 mètres carrés du grand parallélépipède de béton massif se répartissent sur trois niveaux. La paroi de la mezzanine qui accueille le bar est percée d’une étroite fenêtre verticale sur toute la hauteur du bâtiment. La chaleur du chêne et la douceur des textiles qui ornent le bar et la salle de quarante couverts contrastent avec la rugosité du béton choisie par les architectes pour résister aux vagues et aux tempêtes.
Équipée de caméras et d’appareils de mesure, la façade immergée permet aux chercheurs d’étudier la biodiversité. Pour le biologiste marin Trond Rafoss, « Under offre la possibilité d’être physiquement présent sur le fond marin et d’observer la vie marine avec précision et patience […] Cela nous ouvre des opportunités pour découvrir des espèces ».
La philosophie de Snøhetta, tout au long du projet, a été de construire un bâtiment solide pour le futur sans compromettre la beauté naturelle des matières brutes. Un bel hommage de béton à la vie marine et originelle.

 


Par Laurent Joyeux, le 23/05/2019.