Un bassin-tampon pour éviter inondations et pollution

À lssy-les-Moulineaux (92), les habitants des rues Charlot et Gouverneur Eboué se souviennent encore des inondations de 2001. À la suite d’importantes précipitations qui avaient saturé les réseaux d’assainissement unitaires, des flots d’eaux usées et pluviales s’étaient déversés dans la ville. Les pouvoirs publics se sont émus de ces événements qui, outre les inondations, ont généré un déversement d’eaux polluées dans les cours d’eau, ainsi que l’engorgement des usines de traitement.

La solution ? Construire des bassins-tampons qui récupèrent les trop-pleins d’eau avant de les reverser dans les réseaux en contrôlant le débit. Considérés comme des maillons essentiels de la protection de l’environnement, ces ouvrages répondent à la Directive européenne (1991) relative au traitement des eaux résiduaires urbaines, à la Loi sur l’eau (1992) garantissant la gestion équilibrée des ressources en eau et à la Directive Cadre sur l’Eau (2000) pour un “bon état écologique” des eaux.

Sous terre, une capacité de 23 400 m3

C’est dans ce cadre réglementaire que le Conseil départemental des Hauts-de-Seine a décidé de construire un vaste bassin de stockage temporaire… sous le stade Gabriel Voisin, seul « vide » urbain propice à l’intégration invisible d’un tel volume, l’un des plus grands d’Ile-de-France : 25 m de profondeur utile, 40 m de diamètre intérieur, une capacité de 23 400 m³ correspondant au pic de pluie décennal.
« Pour accompagner les riverains, explique Paul Subrini, Vice-Président du Conseil départemental et premier adjoint à la ville d’Issy-les-Moulineaux, nous avons mené des actions rappelant les enjeux d’intérêt général : présentation des travaux entrepris et de leurs modalités d’exécution, organisation de visites, visionnage d’un film pédagogique… »

Omniprésence du béton

Le principe de fonctionnement du bassin de stockage est simple : deux canalisations raccordent les collecteurs au réservoir. Lors de pluies exceptionnelles, les excès sont dirigés vers le bassin qui les stocke avant de les restituer par débit contrôlé dans le réseau.
L’ensemble de l’infrastructure, structure, conteneur et canalisations, est réalisé en béton, matériau très souvent associé à l’eau et aux ouvrages hydrauliques. En effet, grâce à ses performances mécaniques en compression et en traction ainsi qu’à sa résistance très élevée aux agressions chimiques, le béton garantit une étanchéité durable des bassins.

Protection du littoral à Marseille

À Marseille, le bassin de rétention des eaux usées et pluviales de Ganay s’inscrit dans la même configuration que celui d’Issy-les-Moulineaux, mais à une échelle plus importante (50 000 m3). Enterré sous le stade éponyme, il améliore très sensiblement le système d’assainissement de la métropole et réduit de moitié les rejets non traités au large de la calanque de Cortiou, dans le Parc national des Calanques.
Résultat ? Une mer beaucoup plus propre sur tout le littoral marseillais, même après de gros orages.


Par Delphine Desvau, le 05/10/2017.