Sous la place d’Italie, la ville continue !

Comment changer l’imaginaire attaché aux sous-sols ? C’est le défi qu’ont relevé Aline Cousot et Enzo Sessini avec un projet original développé sous la surface de la place d’Italie. Leur programme comprend un espace d’exposition, un complexe cinématographique, un centre sportif et des thermes.
« Au total, cela représente 18 500 m², ou 28 000 m² si on y inclut la surface de la place d’Italie », explique Aline Cousot. Le béton joue un rôle majeur dans ce projet. « Son usage était pour nous une évidence, car il est le matériau constitutif de l’ensemble des ouvrages souterrains, souligne Enzo Sessini. Par son utilisation, nous souhaitions changer le regard porté sur des infrastructures comme le métro, en modifier la perception. »
Ce matériau a été traité de manière brute et sophistiquée, afin de créer des parois lisses ou bien de lui donner une texture rugueuse. « Le béton est à la fois un outil structurel, un matériau d’ambiance et un marqueur spatial », conclut Aline Cousot.

Une tour pour vivre, travailler et se divertir

Élancée et fine, la tour conçue par Sabine Fremiot s’affirme dans le quartier d’affaires de Francfort. Elle compte 54 étages, une façade tramée, régulière, en contraste avec une diversité intérieure spatiale et programmatique.
« L’enjeu était de pouvoir réunir plusieurs fonctions : vivre, travailler, se divertir », explique Sabine Fremiot. Viennent ensuite s’intercaler des espaces communs : cafétéria, salle de sport, pressing, piscines, saunas, jardins suspendus… « Il faudra vivre le bâtiment, le parcourir, pour pouvoir le comprendre ».
Pour donner au béton une identité spécifique, elle a choisi de travailler un assemblage avec un élément préfabriqué unique en façade, donnant ainsi l’occasion de questionner la place de l’ornement en architecture.
Ce choix d’un élément unique révèle une volonté de rationalité et d’économie de moyen. Ces éléments sont subtilement colorés sur la tranche intérieure, à chaque façade correspond une couleur, créant ainsi un repère urbain pour les usagers.

Un belvédère sur la Tamise

À Londres, la gare de Blackfriars est un verrou urbain situé le long de la Tamise, vers lequel convergent de nombreux flux (train, métro, bus, gare routière…).
Le projet de Steve Meyer consiste à restructurer cet ensemble pour le simplifier. Tel une main tendue soutenant un parc public, il offre un belvédère inédit sur la Tamise, la City et les toits de la ville.
« Le bâtiment dialogue comme une vitrine sur l’eau et s’inscrit dans les règles urbaines limitant la hauteur des bâtis de la rive Nord et protégeant les vues sur la cathédrale Saint-Paul », explique Steve Meyer.
Pour lui, le béton a joué un rôle clé. « Il a été un paramètre important dans la conception de ce projet, à travers la nappe inférieure recouvrant les infrastructures routières, la toiture accueillant les jardins panoramiques, et la structure élancée, souhaitée la plus fine possible, libérant l’emprise au sol et favorisant ainsi la rencontre, les échanges et la gestion des flux d’usagers. »

 

Les lauréats de l’édition 2018-2019

Organisé depuis 2012 par l’association Bétocib, le Centre d’information sur le ciment et ses applications (CIMbéton) et la Fondation École Française du béton, sous le patronage du ministère de la Culture, le Trophée béton Écoles a pour mission de mettre en lumière les jeunes talents des écoles d’architecture françaises. Il a pour but de révéler les futurs professionnels, de les parrainer et de leur offrir une visibilité à l’orée de leur vie professionnelle. L’édition 2019, après avoir sélectionné dix finalistes, a récompensé quatre projets et attribué une mention spéciale :

1er PRIX

Aline Cousot & Enzo Sessini – “La ville cryptée : les sous-sols de la Place d’Italie Paris XIIIe”– ENSA Strasbourg.
Sous la direction de Dominique Coulon, Didier Laroche et Thomas Walter

2e PRIX

Sabine Frémiot – “La Tour Carrée”, Francfort (Allemagne) – ENSA Marne-la-Vallée
Sous la direction d’Eric Lapierre

3e PRIX

Pierre Ide, Arthur Bila, César Delebarre-Debay, Thibault Deschatre – “Le Parc des Terrils”, Vallée Mosane, Liège (Belgique)– ENSA Clermont-Ferrand
Sous la direction de Simon Teyssou et Olivier Malcles

4e PRIX

Steve Meyer – “Blackfriars Station”, un pôle d’échanges multimodal au cœur de Londres – INSA Strasbourg
Sous la direction de Hugues Klein

MENTION SPÉCIALE

Simon Martin – “Les silos de Mouy”, vallée de Thérain (Oise) – ENSA de Normandie
Sous la direction d’Hervé Rattez et Laurent Sfar


Par Gilmar S. Martins, le 13/05/2019.