Une extension indispensable

La « Belle endormie » s’est réveillée. À Bordeaux (33), l’afflux croissant de voyageurs, dû en partie à une liaison plus rapide avec Paris – 2h au lieu de 3h -, et l’opération d’intérêt national (OIN) Bordeaux Euratlantique ont rendue pressante la transformation de la gare Saint-Jean.
Achevée en 1894, embellie en 1899, elle ne pouvait canaliser les 17 millions de voyageurs prévus chaque année. Pour l’agrandir, une extension du côté du quartier Belcier a été réalisée, et ouverte au public en avril 2017.

Le béton, épure et résistance

Ce nouvel édifice, le Hall 3, se déploie sur 200 m de longueur par 40 m de largeur, et se développe en gradins à partir du troisième étage afin d’atténuer sa hauteur de 22 m, atypique dans le quartier. Mais ce qui frappe surtout dans ce lieu, c’est l’imbrication de l’espace voyageurs avec le parc de stationnement. En rez-de-chaussée : un vaste hall de 2500 m2 offrant services et commerces. Au-dessus : un parking à silos sur 6 niveaux.
Pour les deux, le groupe AREP a misé sur la sobriété… et le béton. Entièrement vitré, le hall arbore un sol de béton noir teinté dans la masse, de la plus grande simplicité.
Quant au parc de stationnement, il capitalise sur les possibilités de la précontrainte : d’une épaisseur de 11 cm seulement, ses rives de dalle(1) en béton forment un porte-à-faux de 4 m et offrent au regard des passants une structure légère et minimaliste, créant des lignes horizontales filantes rappelant la linéarité des voies ferrées.
Pour autant, chacune peut supporter trois voitures ! Comme l’a expliqué Étienne Tricaud, architecte et ingénieur dirigeant AREP, l’objectif était de ne « garder que le muscle ».

En route vers Madrid ?

Quiconque monte sur le parking accède à un point de vue panoramique sur la ville.
Et au-delà ? Si un jour la ligne LGV Sud Europe Atlantique parvient à rejoindre Madrid et Lisbonne, Bordeaux deviendra un point de connexion incontournable entre le Sud et Londres, Bruxelles ou Amsterdam. De quoi donner une dimension européenne à la gare Saint-Jean et à sa toute nouvelle extension.

(1) Partie située en périphérie d’un plancher en béton.


Par Gilmar S. Martins, le 05/11/2018.