Maximiser le volume de stockage

Trente mètres de haut pour 66 m de long et 25 m de portée, telles sont les dimensions du nouvel entrepôt frigorifique du groupe Frigonor Logistique à Montigny-en-Gohelle (62).
Située à l’intersection des autoroutes A21 et A1, cette plateforme logistique, construite en extension d’un bâtiment existant, répond à un cahier des charges exigeant.

« Équipé d’un transstockeur automatisé de grande hauteur, l’entrepôt doit disposer d’un volume de stockage libre sans soutènement intermédiaire, explique Jean-François Huchet, architecte d’A3A Ingénierie. Destiné à préserver le froid à -25°C, il doit aussi assurer une protection coupe-feu 2 heures. »

Contraint par un espace foncier limité, le nouveau bâtiment, raccordé à l’existant, a également été enterré de 5 mètres afin de maximiser son volume.

 

Des poteaux de 40 tonnes

Compte tenu de toutes ces exigences, combinées aux conditions et planning de mise en œuvre, le choix du béton s’est avéré une évidence pour l’architecte et maître d’œuvre.
« Nous avons opté pour une structure poteaux-poutres en béton précontraint, recouverte de panneaux sandwichs isolants sur les parois extérieures et d’un bac acier en toiture », indique Jean-François Huchet. Une chambre froide négative sera aménagée sur une chape en béton coulé avec cuvelage.

Des poutres et poteaux, dont les plus lourds pèsent près de 40 tonnes, ont été fabriqués pour réaliser la structure en béton. Leur sur-dimensionnement s’est imposé pour optimiser la rigidité de l’ouvrage, confrontée à une forte prise au vent. Une ossature périphérique intermédiaire a également été nécessaire pour supporter les portes coupe-feu.

 

D’importantes contraintes de mise en œuvre

Une fois les fondations sur pieux réalisées, chaque poteau a été acheminé, un par un, sur le chantier.

« L’exigüité du site avec le bâtiment et des limites de propriété très proches, les difficultés d’accès au chantier en fonds de fosse, ainsi que la taille et le poids des poteaux ont rendu leur mise en place particulièrement délicate, souligne Jérôme Maréchal, de KP1 Bâtiments. Il fallait surtout veiller au réglage de la verticalité des poteaux, avec une tolérance minimale pour permettre la fixation des panneaux froids. »

Démarré en juin, le montage de la structure s’est déroulé en deux semaines, sans retard de planning. « La solution béton est vraiment la meilleure pour exploiter le plus grand espace disponible et réduire les délais de montage d’un bâtiment de stockage », conclut Jean-François Huchet.

 


Par Éric Gauthier, le 08/03/2017.