Ariane 6

© ESA/David Ducros

 

ELA 4, l’équivalent de 240 terrains de foot

3. 2. 1. Ignition ! La fusée Ariane 6 est propulsée dans le ciel Guyanais. Le bruit est assourdissant, et d’énormes quantités de gaz brûlés s’échappent en nuages de fumées de part et d’autre du pas de tir. Nous sommes en juillet 2020, le tout dernier modèle de lanceur de l’Agence spatiale européenne (ESA), effectue son vol inaugural depuis la nouvelle base de lancement de Kourou…
Deux ans avant la mise en service de cette infrastructure baptisée ELA 4 – pour Ensemble de Lancement 4 -, les centaines d’ingénieurs et de compagnons du groupement d’entreprises Eclair6 (1), piloté par Eiffage et supervisé par le Centre national d’études spatiales (CNES), s’activent pour en achever les travaux de génie civil, entamés à l’été 2016.
D’une surface de 170 ha, équivalente à celle de 240 terrains de football, ELA 4 abritera trois structures principales : le bâtiment d’assemblage du lanceur, le portique mobile de 100 m de haut, et le massif de lancement.

50 000 m3 de béton armé

Ce dernier est un écrin de béton, accueillant les systèmes nécessaires au décollage d’Ariane 6. Constitué de 50 000 m3 de béton armé, il est logé à l’intérieur d’une fosse géante creusée dans la roche granitique sur 30 mètres de profondeur. Ses organes-clés sont les carneaux d’évacuation des gaz de combustion.
Disposés symétriquement par rapport au pas de tir, ces tunnels inclinés colossaux (200 m de long pour 20 m de haut et 20 m de large) développent un volume intérieur identique à celui de 27 piscines olympiques ! Ils devront pouvoir canaliser et évacuer les jets brûlants (jusqu’à 3 000°C) libérés à haute pression par les boosters du lanceur.
Pour supporter de telles conditions, les carneaux disposent d’une résistance à toute épreuve : leurs très épaisses parois de béton (jusqu’à 1,40 m d’épaisseur) sont renforcées par d’impressionnantes quantités d’armatures en acier, équivalentes à celles que l’on trouve dans les enceintes de confinement des centrales nucléaires.
Le génie civil achevé, l’infrastructure sera libérée pour permettre l’installation des équipements techniques d’ici à septembre 2019, avant un premier tir moins d’un an plus tard… Le compte à rebours est enclenché !

(1) Eclair6, le groupement emmené par Eiffage, est constitué d’Eiffage Génie Civil (mandataire), Eiffage Route, Clemessy (filiale d’Eiffage Énergie), SEH (filiale allemande d’Eiffage Métal), Axima (filiale d’Engie) et Icop.

Le CNES a choisi de penser et bâtir le futur Ensemble de lancement d’Ariane 6 (ELA 4) en s’appuyant sur un nouvel outil : le BIM (Building information management and modeling). Un savant cocktail numérique et collaboratif de modélisation 3D, de 4D et de compilation de millions d’informations des différents intervenants. En voici un petit aperçu. ©ESA