Quel était le contexte du projet ?

La ville de Bondy et, plus largement, le département de Seine-Saint-Denis (93) connaissent un accroissement de leur population. Pour accompagner cette évolution, d’importants programmes d’écoles maternelles et de collèges sont lancés. Pour les uns, il est question de rénovation, pour les autres, d’agrandissement et d’ajout de classes.
Dans le cas du groupe scolaire Pierre Curie, il s’agissait d’un programme d’extension. Aujourd’hui livrés, les travaux de l’école maternelle seront bientôt complétés par l’agrandissement de l’école élémentaire qui se trouve juste en face. L’idée est de relier les deux établissements par des locaux communs, comme une salle de restauration, et un vaste espace vert. Cette deuxième phase doit démarrer à l’été 2018, pour s’achever un an plus tard.

À quoi les extensions de l’école maternelle ressemblent-elles ?

Nous avons adjoint quatre salles de classe et deux salles de sommeil, le long d’une circulation en courbe, habillant ainsi l’existant d’un ruban de béton ponctué de couleurs. Ces salles ont été conçues comme des maisonnettes, venant masquer l’existant et ouvrant sur la petite prairie où se trouvera le restaurant. Elles sont à ossature bois, tandis que la circulation est constituée d’un mur courbe préfabriqué, composé de marbres blancs et en béton pré-isolé.

En quoi ce système en béton pré-isolé consiste-t-il ?

Il ressemble à un sandwich : vous avez une peau de béton de 7 cm, un vide d’air (rempli de béton sur le chantier), un isolant et une paroi extérieure polie, autonettoyante. Des agrégats de marbre blanc des Pyrénées, et, pour faire plaisir aux enfants, des éléments en verre coloré, ayant l’apparence de petits bonbons, constituent ce béton de qualité. Des empreintes représentant des feuilles de chêne, le symbole de la ville de Bondy, ont également été insérées dans le béton.
Mais la grande originalité réside dans le fait que le mur soit courbe dans les deux sens : ici, on a du concave et du convexe, ce qui est assez complexe à réaliser. Une première dans ce domaine.

Pourquoi avoir privilégié la mixité béton/bois ?

À l’intérieur, la chaleur du bois pour les enfants. À l’extérieur, le béton pour sa pérennité, sa résistance et surtout sa beauté – avec ses multiples bonbons de couleur.
Dans le cadre de cette opération, nous voulions aussi démontrer qu’il est possible de marier ces deux éléments pour le même prix. Et ce, tout en allant vite, puisque le chantier n’a duré qu’un an, sur un site occupé par les élèves.

 


Par Charles Legueltel, le 06/04/2018.