Un nœud multimodal au cœur du Grand Paris

La future ligne EOLE, de 8 km entre la Gare Saint-Lazare et Nanterre, sera quasi exclusivement souterraine et comprendra trois gares, à la Porte Maillot, à La Défense et à Nanterre La Folie.
Pour des raisons techniques et de mise en place des tunneliers, les travaux ont débuté l’été dernier à La Défense, sous le CNIT, dans un milieu urbain très contraint. Ici, la nouvelle gare est particulièrement complexe car elle répond à plusieurs objectifs : accueillir un flux de voyageurs important, pour désaturer les lignes existantes ; permettre une connexion directe à la gare de la Grande Arche, au RER, à la ligne 1 du métro, au Transilien L et U, et à la future Ligne 15 du Grand Paris Express ; et fluidifier les accès vers le centre commercial et de congrès du CNIT.
À cette complexité d’échanges et d’accès (avec la réalisation d’une nouvelle galerie sous la dalle de La Défense), s’ajoute la difficulté d’évider la quasi-totalité de l’emprise du CNIT sous les niveaux de parkings.

 

Consolider le CNIT et limiter les nuisances

Avant le début des travaux, les bureaux d’études ont réalisé un diagnostic sur la superstructure du CNIT, et ont instrumentalisé le bâtiment pour le “surveiller”.
« Afin de consolider le CNIT, nous allons reprendre l’assise du bâtiment en sous-œuvre ; au niveau F du parking, les 119 poteaux seront corsetés entre des parois de béton, puis chaque poteau corseté sera repris et consolidé par 16 micro-pieux. Ce qui représentera un total de 18 km de micro-pieux ! », explique Guillaume Le Réveillé, directeur du projet chez VINCI Construction, mandataire du projet.
Parallèlement, les équipes de VINCI Construction ont construit un sarcophage en béton à partir du troisième niveau de sous-sol, pour isoler le chantier du reste du bâtiment, toujours en activité, et ainsi limiter les nuisances.

 

Une faille de 80 mètres sur 10

Depuis quelques mois, les équipes ont commencé la démolition des dalles des trois niveaux de parking, tout en étayant avec de longues poutres en béton précontraint. Cette faille hors normes, de 80 mètres sur 10, s’enfoncera jusqu’au futur sol de la gare et de la voie ferrée, soit 30 mètres environ.
Elle a plusieurs fonctions : la réalisation des travaux de démolition et de creusement du sous-sol (200 000 m3 de déblais à enlever, soit 850 m3/jour), le passage du béton et des poutres précontraintes…
Enfin dans 48 mois environ, la faille accueillera les escalators d’accès aux quais. Ils donneront aux usagers une vue d’ensemble sur la gare et les quais, avec leurs poteaux en béton clair et leur sol en marbre de Carrare.

 

 


Par Sylvie Roman, le 16/05/2017.