Un site dédié aux déplacements doux…

Avec ses 1 763 mètres, le tunnel mode doux de la Croix-Rousse, à Lyon, est le plus long du monde dans sa catégorie. Depuis son ouverture en décembre 2013, il est aussi fréquenté que visité. Chaque jour, près de 2 500 usagers l’empruntent à pied ou à vélo pour aller ou revenir de la Saône au Rhône. « Cet engouement nous a conduits à nous adapter aux attentes des usagers, en ouvrant le tunnel la nuit et en modifiant les plages de projection des animations lumineuses », explique Mathieu Hermen, responsable de la Maîtrise d’ouvrage du Service des tunnels au Grand Lyon. Car l’une de ses principales particularités est de proposer, à certaines heures, des scénographies à base d’images projetées sur ses parois.

 

…Mais aussi un lieu festif

Cette animation originale contribue au succès du site, pendant les week-ends, mais aussi lors de grands événements, comme la Fête des Lumières, le festival de BD ou encore le marathon de Lyon. « L’inauguration du tunnel, à l’occasion de la Fête des Lumières de 2013, a attiré beaucoup plus de monde que prévu, avec un pic de fréquentation de 15 000 personnes en simultané. Tout comme le banquet géant organisé lors de la Biennale Internationale du Goût en 2015, souligne Matthieu Hermen. Pour la deuxième édition de cette biennale, en janvier 2017, la Ville prévoit d’ailleurs de réaliser la plus grande table de restauration du monde, longue de 885 mètres. Autant de manifestations qui impliquent des contraintes particulières en termes de trafic et de sécurité. »

À l’origine, le site a été pensé comme la galerie de sécurité du tunnel routier voisin, datant de 1952. Démarrés en 2010, les travaux de percement de ce nouveau tunnel, relié à l’ancien par des galeries d’évacuation tous les 150 mètres, aboutissent finalement à la création d’un tube supplémentaire pour les transports en commun, les cyclistes et les piétons. « Dès le départ, il a été prévu une mise en lumière et une sonorisation du tunnel afin de réduire l’effet anxiogène dû à sa longueur, explique Mathieu Hermen. Cette scénographie en fait tout son attrait aujourd’hui ! »

33 000 m3 de béton

Percé à l’aide de tirs d’explosifs en un temps record, pour minimiser la gêne des usagers et des riverains, le tunnel mode doux a nécessité la mise en œuvre de 33 000 m3 de béton : 13 000 m3 de béton projeté contenant des fibres synthétiques pour conforter la voûte après l’excavation des roches ; 17 000 m3 de béton hyperfluide, avec un parement très soigné pour la projection des scénographies sur les parois, et 3 000 m3 de béton affectés à la constitution des radiers. « Ce tunnel est un bon exemple de transformation d’une obligation réglementaire en un ouvrage innovant et envié par de nombreuses villes étrangères », conclut Mathieu Hermen.

 


Par Eric Gautier, le 25/07/2016.