Un adjectif pour qualifier les espaces de vie de demain, en ville et ailleurs ?

Anémone Degand : « Engageants », c’est-à-dire attirants par la qualité du cadre de vie, tout en étant fonctionnels. Ils doivent aussi être durables.

Nicolas Delalande et Sébastien Tabourin : « Adaptables », car les espaces de vie doivent être de plus en plus en dialogue avec notre environnement, aussi bien urbain que rural.

 

Comment votre projet anticipe-t-il ce futur ?

A. D. : Mon projet de centre sportif et culturel à Barcelone anticipe le futur dans la mesure où il cherche à exploiter plusieurs qualités d’un même matériau, le béton, pour créer un signal urbain dans le quartier, tout en assurant la structure, la fonctionnalité, l’unité et la poétique du lieu.

N. D. et S. T. : Notre projet est le prolongement d’une randonnée conceptuelle et architecturale. C’est comme un sanctuaire qui viendrait rappeler à ses utilisateurs ce qu’est l’architecture en mer. En évoluant au rythme des marées, il permet de redécouvrir le milieu.

 

Le béton, un matériau du futur ?

A. D. : Pour moi, oui. Le béton est connu pour ses capacités constructives, structurelles et esthétiques, mais il a aussi des propriétés intéressantes sur le plan énergétique : grâce à son inertie, le béton a la capacité de stocker la chaleur et de la restituer. Dans mon projet, j’ai mis une dalle active qui permet à la structure béton de rafraîchir le bâtiment en été.

N. D. et S. T. : Un matériau du futur, oui, mais surtout intemporel. Le béton évolue et s’adapte aux besoins financiers et technologiques. Grâce à sa texture et à son toucher, il permet de transmettre des émotions qui sont comparables à celles que l’on peut trouver dans la nature.

 

 

L’aspect que vous aimez par-dessus tout dans le béton ?

A. D. : Grâce à sa texture, c’est un matériau qui accroche la lumière, ce qui offre des jeux d’ombre et de lumière différents selon les heures et les saisons. Il apporte une touche de poésie dans un projet d’architecture.

N. D. et S. T. : C’est un matériau qui est au départ liquide, ce qui le rend extrêmement malléable, et permet de lui faire prendre diverses formes.

 

Le bâtiment en béton que vous auriez aimé avoir conçu ?

A. D. : La Poli House, de l’agence d’architecture Pezo von Ellrichshausen. Située au Chili, dans un site exceptionnel, cette maison en verre et en béton s’adapte parfaitement à son environnement.

N. D. et S. T. : La Seashore Library, réalisée par le studio d’architecture Vector Architects, à Nandaihe, en Chine. C’est une bibliothèque en béton et en bois, au milieu des dunes de sable.

 

Votre architecte béton favori ?

A. D. : Le Corbusier, grâce à qui le béton est devenu le matériau de tous les possibles, mais aussi Alejandro Aravena, qui prône une architecture écologique et sociale par l’utilisation d’un matériau simple à mettre en œuvre, comme le béton.

N. D. et S. T. : Alvaro Siza, dont l’un des projets est une piscine à Porto, qui joue avec le front de mer et se remplit d’eau salée. Plutôt que de copier la nature, il l’affronte par la géométrie, ce qui a beaucoup influencé notre projet


Par Charles Legueltel, le 11/05/2016.