Votre projet « Un littoral : le béton entre le sable et la mer » vient de remporter le Premier prix du Trophée Béton, événement co-organisé par Betocib et CIMbéton. Comment le décririez-vous ?

Giulia Mazza : Il s’agit d’une promenade le long d’un littoral, reliant trois entités : une maison des pêcheurs, des piscines d’eau salée et un forum nautique. Je l’ai situé dans un lieu qui m’est cher, parce qu’en lien avec mes origines : Moneglia, en Italie, où j’ai passé toutes mes vacances d’été lorsque j’étais enfant.
À travers ce projet, j’ai voulu retrouver l’identité oubliée de ce village typique de la côte méditerranéenne occidentale, aujourd’hui marqué par la privatisation des plages qui empêche sa relation naturelle avec la mer.
La promenade débute dans la vieille ville, par la maison des pêcheurs et la place du marché, puis glisse sous des arcades pour se poursuivre dans les piscines d’eau de mer incrustées dans la roche.
Elle s’achève sur un forum nautique, doté de salles de conférences, d’ateliers de réparation de bateaux, ainsi que de pièces d’apprentissage de la pratique nautique. Ce choix est en accord avec Moneglia, dont les ressources originelles et l’identité proviennent de la pêche et de la production artisanale de petits bateau.

 

Votre projet fait appel au béton de sable et au “sand casting”. De quoi s’agit-il et pourquoi ces choix ?

G. M. : Le béton est l’élément fédérateur de mon projet. En alliant la mer et la roche, il exprime la mémoire des lieux. Réalisé avec des granulats qui proviennent de Moneglia, ce matériau traduit la cristallisation des minéraux qui composent le littoral.
Quant au “sand casting”, inspiré de l’artiste sarde Costantino Nivola, il consiste à jeter dans un premier temps une coulée de ciment blanc sur du sable modelé en négatif, dans un coffrage en bois, suivi du béton, ce qui aboutit à une sculpture minérale. (NDLR : voir photo ci-dessus)

 

Qu’aimez-vous dans le béton ?

G. M. : J’aime sa malléabilité, sa résistance – y compris aujourd’hui sur des sites en bord de mer – et son esthétisme. Pour mon projet, ce qui m’intéressait dans le béton, c’est sa ressemblance avec la roche et le sable.

 

Le béton est-il pour vous un matériau du futur ?

G. M. : Le béton pourrait aider à relever des défis environnementaux, notamment celui de la lutte contre la pollution dans les villes, en améliorant ses performances écologiques et en devenant recyclable – le principe existe déjà dans le “sand casting”, où il est possible de réutiliser la même matrice.

 


Par Charles Legueltel, le 09/02/2017.